turf

turf [ tyrf; tɶrf ] n. m.
• 1828; mot angl. « pelouse » 2. tourbe
1Terrain où se disputent les courses de chevaux.
Ce qui concerne les courses de chevaux, leur préparation (entraînement) et les activités qui en dépendent (paris, etc.). cheval, hippisme. « Le Paris de la fashion, celui du turf » (Balzac).
2Fig. (1925) Arg. Prostitution.
Fam. Travail. Aller au turf.

turf nom masculin (anglais turf, pelouse) Vieux. Terrain sur lequel se font les courses de chevaux. Ensemble des activités qui se rapportent aux courses de chevaux (élevage, entraînement, paris, etc.). Populaire. Lieu de travail ; le travail lui-même ; boulot. ● turf (difficultés) nom masculin (anglais turf, pelouse) Prononciation [&ph104;ɶʀ&ph90;], à l'anglaise, avec le u prononcé comme eu dans beurre, ou [&ph104;&ph109;ʀ&ph90;], à la française, avec le u prononcé comme dans turc.

turf
n. m.
d1./d Endroit où ont lieu les courses de chevaux.
d2./d Le turf: tout ce qui se rattache au monde des courses, aux chevaux de course.

⇒TURF, subst. masc.
A. — SPORTS
1. Terrain où se disputent les courses de chevaux. Synon. champ de courses (v. champ1), hippodrome. Entrée, tribunes du turf. L'amusant [aux courses], c'est l'indifférence (et un peu de brutalité) en matière de sexes, sur le « turf ». Quelques cocottes, un peu neuves, et qui perdent, font de l'œil pour se faire aider dans leur jeu, mais elles perdent aussi leur temps (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1899, p. 353). Il y a tout de même des gens qui ont misé toute leur passion sur une technique et pour qui s'édite une presse technique fort abondante: gens d'affaires et hommes de finances (...), habitués du turf ou des terrains de sport (Civilis. écr., 1939, p. 36-13).
P. anal. Les élégants coursiers arabes ne brillent guère que sur le turf sablonneux du désert (NERVAL, Voy. Orient, t. 2, 1851, p. 89).
2. P. méton.
a) Ensemble des amateurs de sport hippique et des personnes concernées par la préparation des courses de chevaux. Milieux du turf; l'opinion du turf. Des mains blanches Cent fois de ce pur-sang avaient flatté les hanches, Et souvent il avait, dans le turf ébloui, Senti courir les cœurs des femmes après lui (HUGO, Châtim., 1853, p. 353). Cette mesure mécontentera tout le turf (QUILLET 1965).
P. métaph. Voilà de quoi faire envahir désormais par toutes les fashions le turf littéraire (LARCHEY, Excentr. lang., 1862, p. 315).
b) Ensemble des activités se rattachant aux courses de chevaux. Amour, langage du turf; suivre les nouvelles du turf. Le turf est une grande industrie, dont vivent en France quatre cent mille personnes: éleveurs et leur personnel: employés d'écurie, entraîneurs, lads, jockeys, bourreliers, marchands de cuir, maréchaux-ferrants (ZITRONE, Courses, 1962, p. 45).
B. — Argot
1. a) Lieu public où une femme se livre à la prostitution; racolage sur la voie publique. Synon. trottoir. Envoyer une fille au turf. [Le maq de Saint-Ouen:] C'est moi qui l'ai mise sur le turf. Neuve qu'elle était quand je l'ai levée (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 153). Elle était pas femme à abandonner le turf [de Montmartre] au moment du boom [2 h. du matin]! (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 30).
b) P. méton. Prostituéequi fait du racolage. Ah! disait le vieux turf au docteur Lacassagne, dans notre métier, le plus fatigant, c'est les étages (Pt Simonin ill., 1957).
2. Lieu de travail; le travail lui-même. Synon. boulot2. Sur la pelouse, un vieux croquant taillait un massif. (...) Pierrot l'a encore tenu quelques minutes à jacter boutures, puis il l'a renvoyé au turf. (...) on l'a vu reprendre courageusement son sécateur (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 198).
Prononc. et Orth.:[], []. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. a) 1828 le turf « les courses de chevaux (et les paris) » (Journal des haras, 15 nov., 80 ds HÖFLER Anglic.); b) 1842 « lieu où se font les courses de chevaux » (Ac. Compl.); c) 1842 homme du turf [Note de Stendhal: Littéralement du gazon, un homme qui passe sa vie aux courses de chevaux, qui en fait sa grande affaire] (STENDHAL, Le Rose et le Vert ds Romans et Nouv., éd. H. Martineau, Paris, 1959); 2. a) 1851 « lieux et monde particulier à quelque chose, arène » sur le turf de la galanterie « sur le marché des femmes à séduire » (MURGER, Scènes vie boh., p. 192).; b) 1864 absol. sur le turf « dans le monde des rencontres et du racolage » (Journal pour rire, n° 441, 2a ds HÖFLER Anglic.); [1926 arg. des filles d'apr. ESN. 1966] 1927 sur le turf « à la prostitution par racolage » (DUSSORT, Preuves exist. dép. par Esnault, 1938, p. 76); 1935 p. méton. « prostituée qui fait le racolage » (SIMONIN, J. BAZIN, Voilà taxi! p. 222); c) [1929 ouvriers d'apr. ESN. 1966] 1945 « travail » (GELVAL, Fables et récits arg., p. 6). Empr. à l'angl. turf désignant, gén. sous la forme the turf ou the Turf la piste gazonnée où ont lieu les courses de chevaux en même temps que tout ce qui comprend l'activité et le monde des courses de chevaux (dep. 1755 ds NED) et empl. dans l'expr. on the turf p. ext. au monde des rencontres et du racolage, au trottoir (1860 ds NED Suppl.2). L'orig. du terme est le vieil-angl. turf « motte de gazon, plaque de sol herbeux, gazon » d'orig. germanique. Fréq. abs. littér.: 23.
DÉR. Turfiste, subst. et adj. a) Subst. Amateur de turf; en partic., personne qui fréquente les courses de chevaux et qui parie. Wazemmes se mettait en route pour mentir. Il se construisait déjà une vie élégante de jeune turfiste, qu'il lui serait facile de décrire abondamment (ROMAINS, Homme bonne vol., 1932, p. 236). En appos. C'était un artiste, un employé supérieur de ministère, un officier, un bourgeois, un gentilhomme turfiste de six mille livres de rentes (GONCOURT, Journal, 1867, p. 320). En compos. Il ne vous restera plus alors qu'à descendre les derniers degrés de l'abjection: être (...) fiché comme campeur-turfiste, comme une de ces créatures indignes du nom d'homme qui sortent une fois par jour de leur enclos (sauf le lundi) pour aller au P-M-U de Saint-Martin (Le Nouvel Observateur, 28 juin 1980, p. 49, col. 2). b) Adj. Relatif au turf, au milieu des courses. La fois suivante, dans le cas de victoire, il [le poulain] ne rapporterait plus au Pari Mutuel que des haricots. (Haricots est un terme de l'argot turfiste qu'on peut traduire en bon français par:clopinettes.) (ZITRONE, Courses, 1962, p. 19). [], [-]. 1re attest. 1853 (E. CHAPUS, Le Turf ou les Courses de chevaux en France et en Angleterre, 306 ds HÖFLER Anglic.); de turf, suff. -iste.
BBG. — BECKER 1970, p. 285 (et s.v. turfiste), 285, 333. — BONN. 1920, p. 162 (et s.v. turfiste). — QUEM. DDL t. 31.

turf [tyʀf] n. m.
ÉTYM. 1828; angl. turf (1755, dans ce sens), proprt « pelouse » (d'abord « motte de gazon »). → Tourbe.
———
I Sports.
1 Terrain où se disputent les courses de chevaux.
2 Ce qui concerne les courses de chevaux ( Hippodrome, pesage, poteau [de départ, d'arrivée]), leur préparation (entraînement) et les activités qui en dépendent (paris, etc.). Cheval, course, hippisme. || Le langage du turf est en grande partie emprunté à l'anglais. Canter, crack, dead-heat, handicap, omnium, paddock, sweepstake. || « Le Paris de la fashion, celui du turf » (→ Incomparable, cit. 4, Balzac).
3 (1837). Par ext. (Vx). Ensemble des amateurs de sports hippiques. Turfiste.
1 En Angleterre où il avait passé huit mois, il avait appris à être un homme de turf et à se connaître parfaitement en chevaux (…)
Stendhal, le Rose et le Vert, VI.
———
II Fig., argot.
1 (1864, in Höfler). Voie publique où se pratique le racolage.(1926). || Faire le turf : se prostituer.Le turf : la prostitution.
2 Quand Willy piqua la Malou, ne pouvant mettre au turf une traîne-savates de son genre, il la fringua, l'installa confortablement dans ses meubles avenue Foch et, pour clore cet excès de bon cœur, trouvant que, pour son standing, le pédestre tapin, ça faisait miteux, lui offrit à son tour une superbe Mercedes.
Martin Rolland, la Rouquine, 1976, p. 132.
(1935). Par métonymie. Prostituée. Tapin.
2 (1929). Travail. || C'est (pas) mon turf, mon affaire. || Se mettre au turf. || Faire son turf.
3 En amour, tu joues un rôle ou tu te bourres le mou, ou tu penses à fignoler. Mais, sur le turf, ah ! tu peux y aller, tu vois l'humanité à poil, telle qu'elle est au fond, et si tu as encore des illusions en arrivant tu comprends rapidement.
Alain Sergent, Je suivis ce mauvais garçon, 1946, p. 51.
4 Quand on vous envoie sur un turf menaçant de durer, on nous donne ça (…)
Pierre Accoce, le Polonais, p. 72.
DÉR. Turfiste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • turf — turf …   Dictionnaire des rimes

  • Turf — (t[^u]rf), n.; pl. {Turfs}, Obs. {Turves}. [AS. turf; akin to D. turf peat, G. torf, OHG. zurba turf, Sw. & Icel. torf turf, peat, Dan. t[ o]rv, Skr. darbha a kind of grass, a tuft of grass. [root]242.] 1. That upper stratum of earth and… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • turf — TURF, turfuri, s.n. (livr.) Hipodrom; p. ext. cursă de cai. – Din fr. turf. Trimis de ana zecheru, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  TURF s. v. hipodrom. Trimis de siveco, 13.09.2007. Sursa: Sinonime  turf s. n …   Dicționar Român

  • turf — UK US /tɜːf/ noun [U] ► an area of activity in which a person or company has a lot of knowledge and experience and which they believe belongs to them: »By launching a line in beauty products they are challenging the bigger company on its own turf …   Financial and business terms

  • Turf — may refer to: * Lawn, an area of grass maintained for decorative or recreational use * Sod, the surface layer of ground consisting of a matt of grass and grass roots, sometimes used as a construction material * Artificial turf, is a man made… …   Wikipedia

  • turf — turf; turf·dom; turf·en; turf·ite; turf·man; As·tro·turf; …   English syllables

  • turf|y — «TUR fee», adjective, turf|i|er, turf|i|est. 1. covered with turf; grassy. 2. like turf. 3. like peat; full of peat …   Useful english dictionary

  • turf — ► NOUN (pl. turfs or turves) 1) grass and the surface layer of earth held together by its roots. 2) a piece of such grass and earth cut from the ground. 3) (the turf) horse racing or racecourses generally. 4) (one s turf) informal one s territory …   English terms dictionary

  • Turf — Turf, v. t. [imp. & p. p. {Turfed}; p. pr. & vb. n. {Turfing}.] To cover with turf or sod; as, to turf a bank, of the border of a terrace. A. Tucker. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • turf — (turf) s. m. Lieu où se font les courses de chevaux. Sur le turf. Un habitué du turf. ÉTYMOLOGIE    Angl. turf, champ de gazon …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.